L’ostéopathie

Histoire et définition

C’est à l’automne 1874 que l’ostéopathie voit le jour, à travers la compétence d’Andrew Taylor Still qui met au point un nouveau protocole de soin, permettant la guérison d’un enfant atteint de dysenterie. Plusieurs autres cas similaires seront guéris par la suite.
Ainsi nait l’ostéopathie : méthode de soin qui s’applique à déterminer et à traiter les restrictions de mobilité des articulations, des muscles, des ligaments ou des viscères pouvant affecter l’ensemble des structures composant le corps humain et ainsi provoquer un déséquilibre de votre état de santé.

Malheureusement, le terme ostéopathie, avec son préfixe grec osteo signifiant à la fois « structure » et « osseux », réduit la discipline à un travail sur l’os, alors que son domaine d’action est en réalité bien plus vaste, et plus complexe.

En France, le titre professionnel d’ostéopathe est reconnu par la loi du 4 mars 2002.


Un diagnostic plurifactoriel


« Le devoir du praticien n’est pas de guérir le malade mais d’ajuster une partie ou l’ensemble du système afin que les fleuves de la vie puissent s’écouler et irriguer les champs desséchés. »

Andrew Taylor STILL, fondateur de l’ostéopathie

 

 

Méthode thérapeutique à la fois préventive et curative, l’ostéopathie consiste, via un diagnostic précis et des techniques manuelles adaptées, à rétablir et préserver l’état de santé du patient.
La singularité de cette discipline réside dans l’approche systémique qu’elle permet.  L’ostéopathe appréhende les douleurs du patient comme un élément faisant partie d’un tout.
Ainsi, il ne se contente pas d’agir au niveau du symptôme, mais il recherche la cause première du problème. Par exemple, on peut soulager une lombalgie en régulant la posture via le traitement du pied ou mobilisant le colon qui se trouve au voisinage des vertèbres lombaires.
Pour cela, il s’appuie sur :

  • Ses connaissances approfondies de l’anatomie, de la biomécanique et de la physiologie de l’ensemble du corps humain.
  • La palpation qui lui permet de distinguer les multiples sortes de tissus du corps (cartilage, os, ligaments, fascias, muscles, organes … ).
  • L’anamnèse ou bilan de santé qui lui permet de comprendre l’histoire de santé du patient et les causes qui auraient pu favoriser l’apparition de troubles. Il peut s’agir, par exemple, de maladies, d’accidents, de stress, de séquelles traumatiques ou chirurgicales.

Champs d’application

Système musculo-squelettique : Entorses, tendinites, douleurs articulaires, pubalgies, cervicalgies, torticolis, dorsalgies, lombalgies, lumbagos, costalgies, douleurs coccygiennes, douleurs liées au stress, toute douleur à la suite d’un traumatisme important (sportif, accident de la circulation), etc.
Système neurologique : Sciatiques, cruralgies, névralgies cervico-brachiales, névralgies faciales, névralgie d’Arnold, neuropathies diverses, etc.
Système neurovégétatif : Stress, angoisse, anxiété, états dépressifs, spasmophilie, irritabilité, troubles du sommeil, etc.
Système circulatoire :
 Troubles circulatoires des membres inférieurs et supérieurs, congestions veineuses, hémorroïdes, oedèmes, suivi après chirurgie cardio-vasculaire, etc.
Système digestif :
Acidité gastrique, hernie hiatale, reflux gastro-oesophagien (RGO), flatulences, ballonnements, troubles digestifs, troubles hépato-biliaires, constipation, diarrhée, colite spasmodique, tensions nerveuses, etc.
Système gynéco-urinaire : Suivi de grossesse, syndrome post-partum, énurésie, incontinence, cystite, troubles de la ménopause, douleurs fonctionnelles du petit bassin, dyspareunie (douleurs pendant les rapports sexuels), prostatite, etc.
Systèmes ORL et pulmonaire : Rhinites, sinusites chroniques, asthme, déséquilibres, vertiges, céphalées (maux de tête), migraines, acouphènes, troubles de la déglutition, etc.


Les limites de l’ostéopathie

Bien que disposant d’un champ d’application assez étendu, l’ostéopathie présente des limites et ne prétend pas tout soigner.

L’ostéopathe est formé en sémiologie médicale. Il est donc en mesure d’établir un diagnostic d’exclusion et de vous orienter vers un spécialiste en cas de nécessité.

Ainsi, il est essentiel que l’ostéopathe en charge de votre dossier travaille en lien avec d’autres professionnels de santé (généraliste, kinésithérapeute…) afin de vous accompagner au mieux dans votre parcours de soin.

Certaines pathologies nécessiteront le recours à la médecine allopathique et l’ostéopathie interviendra en parallèle, à travers un ensemble de techniques manuelles, pratiquées afin de vous aider à diminuer vos symptômes.

Important : L’ostéopathie ne permet en aucun cas le traitement des maladies infectieuses, inflammatoires, cancéreuses, dégénératives, génétiques ou mentales, ni les fractures et luxations orthopédiques.